Un Mohel pieux et expérimenté à votre service pour faire entrer votre enfant dans l’alliance

La Yéshiva Beth Yossef met à votre disposition un Mohel pieux, diplômé, et compétent pour réaliser vos Brit Milot. Ses connaissances pointues et son savoir-faire ont été certifiées par Rav Mahpoud et par l’institution Moréchet Avot en Israël. Des Rabbanim renommés lui ont délivrés son diplôme professionnel de Mohel (N° 0260).

Pendant toute la cérémonie, le Mohel est accompagné par un Hazan pour l’assister et garantir une ambiance joyeuse. Il assurera le bon déroulement de la cérémonie. Notre mohel assurera un suivi post-Brit Mila. Il s’engage à répondre à toutes vos questions, inquiétudes et même à revenir voir l’enfant si la situation l’exige.

Contactez le mohel
Rav Rahmine Aaron chlita
(+33) 01 48 43 68 30
rahminea@bethyossef.fr
Demander un rendez-vous

Liste d’affaires à prévoir

להביא לברית מילה

Origine

La Brit Mila est le témoin de notre alliance avec le Créateur. Ce commandement dépasse notre compréhension et c’est justement cela qui montre notre soumission la plus totale au Maitre du Monde. Les juifs n’ont pas d’intérêt à se circoncire et c’est bel et bien dans un but désintéressé et qui dépasse notre logique que acceptons de réaliser ce commandement, tout simplement parce qu’Hashem nous l’a ordonné.

Ce partenariat est éternel : il est gravé dans la chair de notre corps, peu importe ce qu’il arrivera par la suite, rien ne pourra rompre cette alliance.

Chaque nouveau-né qui se fait circoncire est un maillon de plus dans la chaine de l’histoire juive, il va perpétuer la lignée du judaïsme.

Abraham fut le premier homme à qui il fut commandé de se circoncire. Il était alors âgé de 99 ans. D.ieu lui prescrit de se circoncire en signe d’alliance (brit mila) éternelle entre Lui et la descendance d’Abraham, le peuple juif.

Il appliqua également ce commandement à son fils Itzhak qu’il circoncit à l’age de 8 jours.

Ce commandement est mentionné dans la Torah dans le livre de la Genèse (versets 17:9-14), comme le signe de l’Alliance entre Dieu et la descendance d’Abraham.

« Toi et tes descendants, de génération en génération, vous devrez respecter mon alliance. Voici l’obligation que je vous impose et à laquelle vous vous soumettrez, toi et tes descendants : Quiconque est parmi vous de sexe masculin devra être circoncis. Votre circoncision sera le signe de l’alliance établie entre vous et moi.

De génération en génération, tous vos garçons seront circoncis quand ils auront huit jours. De même pour les esclaves nés chez toi ou pour les esclaves étrangers que tu as achetés et qui ne sont donc pas membres de ton clan.

Ainsi l’esclave né chez toi et celui que tu auras acheté seront circoncis, afin que mon alliance soit inscrite dans votre chair comme une alliance perpétuelle.

Quant à l’homme non circoncis, il sera exclu du peuple pour n’avoir pas respecté les obligations de mon alliance ».

Ce commandement est repris dans le Lévitique 12,2 : « Le huitième jour, la chair de son prépuce sera circoncise. »

Achkenaze : Le vendredi soir qui suit la naissance de l’enfant, une célébration appelée  » Chalom Zakhar  » est tenue.

Séfarade : La veille avant la brith mila une célébration appelée  » Brit Itshak  » est organisée.

Selon la tradition, le père de l’enfant reste éveillé la veille de la Brit Mila et étudie la Torah et plus particulièrement certains passages du Zohar.

On ne récite pas le « Ta’hanoune » (« supplications ») dans la synagogue où prie le père ou le Mohel (qui effectue la circoncision) ou le « Sandak » (qui tient le bébé durant la cérémonie).

Après la Brit Mila et les bénédictions, les participants souhaitent : « De même qu’il est entré dans l’alliance, qu’ainsi il entre (sous le joug de) la Torah (au moment de ses 13 ans), dans l’alliance du mariage et des bonnes actions ».

On essaiera d’effectuer la Brit Mila devant au moins dix hommes adultes. Si c’est impossible, on tentera néanmoins de réunir le maximum de Juifs.

On organise un repas en l’honneur de la Brit Mila et on inclut dans le Birkat Hamazone (bénédictions après le repas) des bénédictions pour l’enfant, ses parents, le mohel (qui a effectué la circoncision), le Sandak et « Eliyahou Hanavi », le prophète préposé à l’alliance de la Mila qui annoncera la venue de Machia’h.

Celui qui pour une raison ou pour une autre, n’a pas été circoncis le huitième jour, devra se faire circoncire le plus tôt possible.

Il faut pour cela prendre contact avec un mohel, qui réalisera cette intervention dans un bloc opératoire, accompagné d’un médecin.

  • Après la naissance d’un garçon, les parents doivent se rapprocher d’un mohel pieux et expérimenté pour procéder à la brit mila
  • Le mohel viendra rencontrer les parents et examiner le nourrisson afin de décider si l’enfant est prêt à se faire circoncire
  • S’il donne son accord, il procédera à la brit mila le 8ème jour. Autrement la brit mila sera reportée
  • La brit mila d’un enfant est un événement très joyeux pour les parents puisqu’ils ont le mérite de faire entrer leur fils dans l’alliance éternelle avec Hashem
  • La coutume est de ne pas envoyer des invitations officielles mais il faut juste informer les gens de l’heure et du lieu de la cérémonie
  • On dit que Eliyahou Anavi (le prophète Eliyahou) lui-même vient à chaque brit mila
  • Le nouveau-né est amené et placé sur un siège nommé pour l’occasion « Chaise d’Élie le Prophète »
  • Le mohel récite la bénédiction et effectue la circoncision sur le bébé, qui repose sur les genoux du « sandak » (rôle considéré comme un grand honneur)
  • Le père récite alors sa propre bénédiction, dans laquelle il remercie D.ieu pour cette mitsva
  • Une prière est récitée dans laquelle le garçon reçoit son prénom juif. Donner un nom à un enfant juif représente un moment de très profonde spiritualité
  • Les sages disent qu’on détermine ainsi son caractère, sa spécificité et le chemin qu’il prendra dans la vie
  • Car au début de la vie, nous recevons un nom et à la fin, un « bon nom » est la seule chose que nous emportons. (Talmud – Bra’hot 7b; Arizal = Cha’ar HaGuilgoulim 24b)
  • Il est important de choisir un prénom qui aura un effet positif, puisque, chaque fois qu’il sera employé, la personne qui le porte se souviendra de sa signification. Si c’est Juda, il lui rappellera combien il doit témoigner de gratitude envers D.ieu
  • La cérémonie se conclut par un beau repas au cours duquel au moins 10 hommes doivent faire motsi

©2019 Yeshiva Bet Yossef

Site fièrement propulsé par SoftDigitalSolution

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?